Une nouvelle enquête mondiale met en évidence l'impact et les perspectives de la COVID-19 sur les voyages d'affaires

Les recherches révèlent que 59 % des voyageurs d'affaires internationaux s'attendent à avoir une opinion positive de leur prochain voyage d'affaires après l'épidémie de COVID-19.

Une nouvelle étude commandée par l'organisation SAP Concur en mai-juin 2020 fournit des informations importantes qui façonnent une nouvelle norme pour les voyages d'affaires. Les données suggèrent que les voyages continueront à jouer un rôle irremplaçable dans la satisfaction des demandes professionnelles. Cependant, la santé et la sécurité des voyageurs, ainsi qu'une nouvelle ère de préparation et de politiques de voyage, seront au cœur de la reprise des voyages.

Parmi les points forts des 4 850 voyageurs d'affaires ayant répondu à l'enquête dans 23 marchés mondiaux et des 800 responsables des voyages dans huit marchés mondiaux, on peut citer

Etude Wakefield 2020

Les attentes de vos collaborateurs en déplacements professionnels

 

Les voyageurs d'affaires s'attendent à ressentir un mélange d'émotions à propos de leur prochain voyage :

  • 59 % des voyageurs d'affaires s'attendent à un ressenti  plutôt positif concernant leur prochain voyage d'affaires.
  • Les émotions les plus courantes que les voyageurs d'affaires s'attendent à ressentir lors de leur prochain voyage d'affaires sont l'inquiétude (39%), l'excitation (32%), l'anxiété (30%) et le soulagement (24%).
  • Les voyageurs d'affaires américains s'attendent à ressentir plus d'émotions que la moyenne mondiale (41 % contre 32 %).
  • Quarante-cinq pour cent des voyageurs d'affaires ont identifié le voyage lui-même comme étant l'étape la plus stressante du voyage d'affaires, soit une augmentation de 50 % par rapport à l'année dernière.

                          blog-01

Les voyageurs d'affaires s'attendent à une augmentation de la discrimination de certains groupes lors de leurs déplacements :

  • Au niveau mondial, les groupes qui devraient faire face à une discrimination accrue sont ceux qui présentent visiblement des symptômes de rhume/grippe (59 %), ceux qui viennent de pays où le taux d'infection est supérieur à la moyenne (49 %) et les voyageurs d'origine asiatique (32 %).
  • Aux États-Unis, 94 % des voyageurs d'affaires s'attendent à une discrimination accrue à l'égard de certains groupes, notamment ceux qui présentent visiblement des symptômes de rhume ou de grippe (59 %), ceux qui viennent de pays où le taux d'infection est supérieur à la moyenne (53 %) et les voyageurs d'origine asiatique (40 %).
  • Plus le voyageur d'affaires est âgé, moins il est susceptible de s'attendre à une discrimination accrue à l'égard de certains groupes (95 % des membres de la génération Z contre 84 % des baby-boomers).
  • Ceux qui s'identifient à des groupes plus souvent victimes de discrimination dans la société sont plus susceptibles de s'attendre à une discrimination accrue à l'égard de certains groupes, notamment les LGBTQ+ (95 % contre 90 % des non-LGBTQ+) et les personnes ayant des besoins particuliers et des problèmes de santé sous-jacents* (95 % contre 89 % des personnes sans besoins particuliers).

                         Travel-survey-Blog

Les entreprises doivent se préparer de manière excessive pour répondre aux nouvelles attentes des voyageurs et faire face à des conditions de voyage moins prévisibles à l'avenir :

  • Parmi les responsables des voyages interrogés, 96 % ont déclaré que leur entreprise n'était pas totalement préparée à gérer l'évolution des demandes de voyage pendant l'épidémie.
  • Les points les plus pénibles sont la gestion du volume des réservations annulées (44 %), le traitement du volume des remboursements, des reçus et des billets inutilisés (43 %) et la détermination de la sécurité des voyages en l'absence de directives gouvernementales (40 %).
  • Les responsables des voyages des PME (41 %) sont plus susceptibles de dire que leur entreprise n'est pas préparée à fournir des directives de sécurité aux voyageurs que ceux des grandes entreprises (33 %).
     

La COVID-19 a changé notre vision sur la santé et la sécurité, en la mettant au premier plan pour tous les voyageurs :

  • Garantir la santé et la sécurité personnelles lors des voyages est le plus important pour les voyageurs d'affaires, 65 % d'entre eux le plaçant parmi leurs trois principales préoccupations.
  • Les principales préoccupations concernant le retour en voyage d'affaires sont également d'infecter leur famille (55 %) et de tomber eux-mêmes malades (53 %).
  • En 2019, les femmes et les voyageurs LGBTQ+ ont fait part de préoccupations accrues concernant leur sécurité personnelle lors de leurs déplacements. La nouvelle norme de 2020 a réduit l'écart, plaçant la santé et la sécurité personnelles au premier plan pour les hommes, les femmes et les voyageurs LGBTQ+ (36 %, 41 % et 30 % respectivement).
     

Les voyageurs d'affaires se considèrent eux-mêmes, puis leurs employeurs, comme les principaux responsables de leur santé et de leur sécurité lors de leurs déplacements :

  • Globalement, 36 % se considèrent comme les plus responsables de la protection de leur santé et de leur sécurité lorsqu'ils peuvent voyager, 18 % considèrent que leur employeur est le plus responsable et 13 % que leur gouvernement est le plus responsable.
  • Les voyageurs d'affaires américains sont les plus susceptibles de se tenir responsables de la protection de leur santé et de leur sécurité lorsqu'ils voyagent (37 %), suivis par leur employeur (17 %), leur agence de voyages/société de gestion des voyages (14 %), les fournisseurs de transport (13 %) et leur gouvernement (10 %).

 

De nouveaux comportements des voyageurs et de nouvelles politiques d'entreprise visant à protéger la santé et la sécurité des employés seront nécessaires à chaque étape du voyage d'affaires :

  • Quatre-vingt-seize pour cent des répondants ont identifié au moins une mesure qu'ils considèrent comme essentielle pour leur entreprise à mettre en œuvre lors de la reprise des voyages, notamment des examens de santé personnels obligatoires pour les employés qui voyagent (39 %), la limitation des voyages d'affaires aux seuls voyages les plus critiques (39 %) et un accès plus facile aux équipements de protection individuelle comme les gants ou les masques (33 %).

                           Travel-survey-Blog-02

Si les entreprises ne s'adaptent pas, la plupart des salariés ont l'intention d'agir :

  • Globalement, 65 % des voyageurs d'affaires ont l'intention d'agir dans une certaine mesure si leur employeur ne met pas en œuvre de nouvelles mesures à leur retour, comme demander de limiter ou de réduire les déplacements dans leur poste actuel (45 %), rechercher un nouveau poste au sein de leur entreprise qui ne nécessite pas de déplacement (10 %) ou rechercher un poste dans une autre entreprise (8 %).
  • Globalement, près d'un salarié sur cinq (18 %) prévoit de chercher un nouveau poste, au sein ou en dehors de l'entreprise, qui ne nécessite pas de déplacement si des mesures ne sont pas mises en œuvre.
  • Aux États-Unis, près d'une personne sur quatre (23 %) prévoit de chercher un nouveau poste, au sein ou en dehors de l'entreprise, qui ne nécessite pas de déplacement si des mesures ne sont pas mises en œuvre.

                           Travel-survey-Blog-03

Bien que le travail à distance soit devenu plus normal, les employés estiment que les déplacements jouent toujours un rôle important dans le succès de l'entreprise d'aujourd'hui :

  • Quatre-vingt-douze pour cent des voyageurs d'affaires s'attendent à ce que leur entreprise subisse des conséquences négatives en raison des restrictions sur les déplacements autour de COVID-19, notamment une diminution du nombre d'accords ou de contrats signés qui nécessitent des interactions en personne (52 %) et une baisse du nombre de nouvelles affaires gagnées qui nécessitent des réunions de vente en personne (46 %).
  • Plus le voyageur d'affaires est jeune, plus il est susceptible de s'attendre à des résultats négatifs pour son entreprise liés aux récentes restrictions de voyage (96% de la Génération Z contre 86% des Boomers).
     

Les attentes émergentes en matière de santé et de sécurité des personnes et des communautés signifieront une nouvelle ère de décisions, de processus et d'innovations dans l'industrie du voyage. Les résultats de cette enquête soulignent que l'industrie doit s'unir pour s'adapter, stabiliser et réimaginer collectivement le monde du voyage.

Pour plus d'informations, veuillez télécharger le livre blanc complet ici.

"L'ampleur de l'interruption des voyages du à la COVID-19 a amplifié les défis communs en matière de voyages et de dépenses d'une manière sans précédent. Les défis traditionnels, comme la nécessité d'assurer la surveillance des plans de voyage d'affaires des employés, sont rapidement devenus complexes pour les employeurs, dans un contexte de restrictions permanentes qui restent imprévisibles", a déclaré Mike Koetting, directeur de la stratégie produits chez SAP Concur. "Les entreprises doivent être proactives pour soutenir et protéger leurs employés lorsqu'ils se préparent à se rendre à nouveau au travail, qu'il s'agisse de mettre en place des autorisations et des conseils avant le voyage ou d'assurer la visibilité des itinéraires et des informations sur les dépenses, quel que soit le lieu où les employés réservent leur voyage".

TripIt de Concur a récemment lancé un centre de ressources pour les voyageurs, permettant à ces derniers de trouver facilement les derniers conseils, directives et restrictions en matière de voyage, ainsi que d'autres ressources utiles afin qu'ils disposent des informations dont ils ont besoin avant de reprendre la route. 

Alors que nous continuons à explorer les prochaines étapes, le SAP Concur Travel Industry Summit - un événement d'une journée le 17 septembre 2020, ouvert à la communauté de l'industrie du voyage d'affaires sans frais d'inscription - encouragera le dialogue entre l'industrie, les gouvernements et la communauté des affaires autour d'une nouvelle ère de voyages, de contenu et de ressources opportunes, et d'un engagement de la communauté pour répondre aux besoins actuels et futurs des voyages d'affaires. L'inscription est ouverte et nous encourageons les parties intéressées à participer à ces importantes conversations qui façonnent l'industrie.

 

*Pour les besoins de cette enquête, les "besoins spéciaux" désignent les personnes qui souffrent d'affections chroniques physiques, développementales, comportementales, émotionnelles ou auto-immunes qui nécessitent des services de santé et des services connexes spéciaux.

L'enquête a été menée par Wakefield Research (www.wakefieldresearch.com), un important fournisseur indépendant d'études de marché quantitatives, qualitatives et hybrides, auprès de 4 850 voyageurs d'affaires définis comme ceux qui voyagent pour affaires trois fois par an ou plus sur les marchés suivants : États-Unis, Canada, Brésil, Mexique, Royaume-Uni, France, Allemagne, région ANZ (Australie, Nouvelle-Zélande), région SEA (Singapour, Malaisie), Grande Chine, Hong Kong, Taiwan, Japon, Inde, Corée, Italie, Espagne, Dubaï, Benelux (Belgique, Pays-Bas, Luxembourg), Suède, Danemark, Norvège et Finlande. En outre, Wakefield Research a mené une enquête auprès de 800 gestionnaires de voyages des marchés suivants États-Unis, Brésil, Mexique, Royaume-Uni, France, Allemagne, région ESE (Singapour, Malaisie) et Hong Kong. Les deux enquêtes ont eu lieu entre mai et juin 2020.

Loading next article