Les 3 enjeux du Business Travel

Quand il s’agit de se projeter dans l’avenir et d’imaginer ce que sera le voyage d’affaires de demain, je ne peux m’empêcher de penser au cinéma et à la science-fiction. En effet, s’il y a bien un domaine qui excelle en matière de prospective, c’est bien la science-fiction ! En 1968, le film 2001, l’Odyssée de l’espace mettait en scène un personnage en communication vidéo via une tablette. En 1982, Blade Runner, et plus récemment Terminator, mettait en garde sur les dangers de l'intelligence artificielle au service de l'homme, quand Demolition Man (1993) imaginait les amendes automatiques, ou Total Recall (1990) des voitures autonomes et des trains hyperloops. Aujourd'hui certaines prédictions se sont réalisées, d'autres moins... Toujours est-il que la technologie et les comportements humains évoluent à toute vitesse. Alors, à quoi doit-on s’attendre et quels enjeux appréhender ?

 

Les entreprises peuvent s’équiper pour favoriser la sécurité de leurs salariés

Premier enjeu pour les entreprises : la sécurité des collaborateurs. Aujourd’hui, 63% des Travel Managers estiment que leurs salariés courent plus de risques qu’avant. Certes il s’agit de leur ressenti, mais il existe un vrai climat d’incertitude. Autre chiffre : moins d’un salarié sur deux fait confiance à son employeur sur sa capacité à prendre en compte les risques auxquels il est confronté lors de ses déplacements. Certains collaborateurs n’ont pas conscience que des solutions existent pour remédier aux risques qu’ils encourent lors de leurs déplacements.


 

L’analyse prédictive au service du Business Travel

Pour venir en aide à ces sociétés, des solutions existent, basées sur les données des déplacements. Or, ces données sont aujourd’hui incomplètes, et les solutions actuelles se contentent d’une analyse « temps réel ». Le deuxième enjeu pour les entreprises sera donc d’anticiper les risques et les décisions, dans un monde où l’information est distribuée dans de multiples systèmes. Agréger des informations éparses, pour prédire les catastrophes naturelles ou des menaces politiques afin de réduire leurs impacts, par exemple. Imaginons que des informations météorologiques puissent prévoir une période de sécheresse dans un certain pays à horizon 6 mois, engendrant des risques politiques : l’analyse de ces informations permettrait de limiter les déplacements des salariés dans cette région. L’IA va aussi permettre de suggérer les meilleurs itinéraires tout en assurant la conformité avec la politique de l’entreprise. Autre application à envisager : le prédictif dans les relations contractuelles avec les fournisseurs. Jusqu'ici, les entreprises ont une bonne visibilité sur l’adoption d’une solution, la gestion des contrats, etc. Demain, elles pourront connaître, en temps réel, les conséquences financières et contractuelles d’une modification de tel ou tel indicateur de leur politique voyage.


 

Les données vont donc prendre de plus en plus d’importance dans les prises de décision des entreprises. Mais ces dernières, vont devoir, en parallèle, relever le challenge croissant du contrôle de ces données. Avec le RGPD lancée le 25 mai dernier, le collaborateur devient conscient de l’utilisation qui est faite de ses données personnelles. Il peut accepter ou non de partager certaines informations, bénéficier du droit à l’oubli, maîtriser la durée de détention de ses données, etc. Et ce n’est que le début : ce type de réglementation devrait se développer de plus en plus dans les années à venir.

 

L’expérience utilisateur au même niveau professionnellement et personnellement

Troisième et dernier enjeu que les entreprises vont devoir appréhender en ce qui concerne le voyage d’affaires : l’expérience utilisateur. Aux outils de s’adapter aux changements de comportements des utilisateurs. L’expérience du paiement tout d’abord : face à des consommateurs qui attendent une expérience simplifiée - ne pas avoir besoin de sortir leur carte de crédit pour payer par exemple - les loueurs de voiture ou encore les chaînes hôtelières développent de nouvelles solutions de dématérialisation (RFID et sans contact). Si Amazon propose un magasin - Amazon Go - sans caisse aujourd’hui, un voyageur d’affaire attendra la même simplicité dans tous ses paiements professionnels.

Contraction de “Leisure” et “Business”, le “Bleisure“ évoque une frontière très poreuse entre le voyage d’affaires et la vie personnelle. Aujourd’hui, les salariés voyagent de moins en moins seuls : ils partent avec des collègues, des membres de leur famille ou des amis, et profitent d’un déplacement professionnel pour prolonger leur séjour à titre personnel. Par ailleurs, ils veulent pouvoir utiliser les mêmes applications que pour leur consommation personnelle (Airbnb, Accor, Booking, etc.). D’ailleurs, 25% des salariés ont déjà utilisé Airbnb pour un voyage d’affaires. Cette réalité, les entreprises l’intègrent de plus en plus dans leur politique voyage, et cette tendance se confirmera probablement dans les années à venir.

 

Le Business Travel tend enfin à devenir de plus en plus éco-responsable (suivi des émissions CO2…). Pourtant, seulement 16% des acteurs du voyage d’affaires encouragent leurs voyageurs à séjourner dans des hôtels éco-responsables. Cela reste un sujet encore mineur pour les entreprises, mais des solutions techniques sont déjà là (visio-conférences) et d’autres se développent (avions électriques). Je ne perds pas espoir dans le développement d’alternatives au déplacement à l’avenir. Imaginez que la téléportation inspirée par Star Trek devienne un mode de transport écologique majeur...!

 

 

Loading next article