SAP Concur s'engage pour Saint-Martin !

Après le passage de l’ouragan Irma à Saint-Martin, l’aide internationale s’est organisée rapidement et ce notamment en France. C’est principalement la Maison de Saint-Martin qui a structuré les récoltes de dons, auxquelles a participé Joel Astreide dans le cadre des Concur Care Days.

 

A la Maison de Saint-Martin, antenne parisienne de la collectivité, de nombreux bénévoles se sont mobilisés pour apporter leur aide à l’île, ravagée par Irma. L’un deux, Joel Astreide, a profité de ses contacts avec Junisa Gumbs, chargée de missions et services extérieures à la Maison Saint-Martin, et de la politique RSE de Concur pour apporter sa pierre à l’édifice. Les dons de première nécessité sont très importants, mais l’île a aujourd’hui besoin d’argent pour se reconstruire.

 

Pouvez-vous revenir sur les événements qui se sont déroulés à Saint-Martin ?

Junisa Gumbs : Saint Martin a été frappé début septembre par l’ouragan Irma, qui a dévasté près de 95% de l’île. Ce fut un événement effroyable dont on subit toujours les conséquences. Mais il faut faire attention aux informations qui ont été relayées, la situation n’a pas été aussi apocalyptique que ce que l’on a pu entendre dans les médias. L’aide de l’Etat a été retardée par l’ouragan José, qui a menacé la région dans les heures qui ont suivi Irma. C’est ce qui explique les signes d’impatience et de frustration montrés par la population qui s’est retrouvée seule et sentie délaissée. Il faut se rendre compte qu’il n’y avait plus aucun moyen de communication, qu’ils étaient coupé du monde, et l’accès à l’eau était compliqué.

Joel Astreide : Du côté de ma famille, on a eu beaucoup de chance, puisque personne n’a été blessé, et il y a eu peu de dégâts matériels, seul le toit de ma mère s’est envolé et quelques fenêtres ont été cassées. Mais il est vrai que beaucoup de fausses informations ont été relayées par les médias. Il n’y a pas eu des centaines de morts, il n’y avait pas de corps qui flottaient, pas de prisonniers qui se sont évadés non plus.

 

Dans ces conditions, comment mettre en place une aide internationale ?

Junisa Gumbs : Malgré l’absence de communication, l’aide s’est rapidement organisée en métropole, à travers notamment la Maison de Saint-Martin en France et Pelicarus, l’association des jeunes de Saint-Martin. Il y a eu un énorme élan de solidarité, le téléphone n’arrêtait pas de sonner, et il a fallu l’encadrer, grâce principalement à une collecte de don dans toute la France. Je remercie l’entreprise Les Bananes de la Guadeloupe et de la Martinique, qui nous ont gracieusement prêté leurs conteners pour acheminer les dons jusqu’à Saint-Martin. On a voulu très rapidement arrêter les dons vestimentaires pour privilégier, les produits alimentaires et d’hygiène. Au total, nous avons pu remplir plus de 15 conteners. Mais la priorité aujourd’hui est la collecte de dons numéraires, puisque les dégâts s’élèvent à plus de 1,5 milliards d’euros. Il faut reconstruire les écoles, les bâtiments, les infrastructures.

 

Comment aider à titre individuel ?

Joel Astreide : J’ai été très étonné par la solidarité qui s’est manifesté très rapidement. J’ai également été surpris par le nombre de Saint-Martinois présents à Paris, et chacun a donné de son temps. Comme j’ai de la famille à Saint-Martin, c’était une évidence pour moi de les aider comme je pouvais. De mon côté, j’ai fait part de ce projet de récolte de dons à Clotilde Nouhaud, Directrice des Ressources Humaines chez Concur France, qui l’a validé, s’inscrivant parfaitement dans l’action que Concur mène avec les associations caritatives. J’ai donc mobilisé mes collègues de Concur, que je remercie beaucoup, pour faire une collecte de dons. Nous avons également aidé la Maison de Saint-Martin à trier les dons récoltés dans toute la France, en profitant des Concur Care Days avec lesquels Concur permet à ses employés de consacrer une journée de travail par trimestre à une action caritative.

Junisa Gumbs : Aujourd’hui on réceptionne des dons par chèque. On a monté une cagnotte Leetchi pour les particuliers. La collectivité de Saint-Martin s’adresse également à l’Etat, aux institutions, comme la Fondation de France et la Croix Rouge. L’Ile-de-France et notre commune jumelée, Brie-sur-Marne, ont également apporté leur aide, et on les en remercie grandement, mais Saint-Martin a besoin de plus pour se reconstruire !

 

Vous pouvez continuer à aider Saint-Martin en faisant un don par chèque à l'ordre de "Trésorerie de Saint-Martin", à adresser au (54 Rue de Varenne, 75007 Paris).
L’association des jeunes de Saint-Martin « Pelicarus » en collaboration avec la Maison de Saint-Martin ont également mis en place une cagnotte pour collecter des fonds pour soutenir leurs compatriotes : https://www.gofundme.com/prayforsxm

 

Loading next article