De nouvelles idées emergent de ces temps difficiles : nos prévisions pour 2021

Après une année 2020 difficile, les dirigeants de SAP Concur sont convaincus que 2021 sera une année d’innovation, de reprise et de renouveau. Si 2021 ne ressemblera probablement à aucune de ces dernières années, elle pourrait néanmoins rester dans les mémoires comme une période de retour progressif à une vie normale, après l’une des pires pandémies de l’ère moderne.

En 2021, la quasi-totalité des secteurs, partout dans le monde, connaîtra encore des changements majeurs. Dans cet article, notre équipe d’experts internationale nous fait à nouveau part de ses réflexions et de ses prévisions pour l’année à venir. Certains nous rappellent que de nouvelles idées, susceptibles d’être utiles au monde entier pendant de longues années, émergent souvent après une période difficile.

Les déplacements professionnels vont reprendre, mais de manière responsable

2021 marquera le début de l’ère des voyages responsables. Un collectif d’acteurs du secteur intensifiera les efforts déployés pour regagner la confiance des clients, en démontrant que voyage peut rimer avec sécurité. Les déplacements professionnels reprendront véritablement en 2021. Les personnes tenues de voyager — dirigeants, commerciaux et travailleurs « essentiels » — seront les premières à reprendre la voie de la mobilité. Tant que la vaccination ne sera pas généralisée, il est probable que les professionnels du secteur, y compris les hôtels, compagnies aériennes, transporteurs ferroviaires et sociétés de covoiturage et de location de véhicules, demanderont aux voyageurs de présenter un justificatif d’absence de contamination par la COVID-19. Il pourrait s’agir des résultats d’un test PCR ou antigénique négatif, notamment les tests de dépistage rapide réalisés dans les aéroports ou chez les loueurs de véhicules, ou une attestation de vaccination, lorsque celle-ci sera largement répandue. En dehors du secteur des voyages, certaines entreprises envisagent déjà des règles de ce type. Au cours du second semestre, les expériences des premiers passagers, mesurées par le niveau des taux d’infection, influencera les autres catégories de voyageurs.

Les entreprises renforceront les précautions de santé. Alors que les politiques frontalières évolueront au gré de l’augmentation et de la baisse des nombres de cas de COVID-19 régionaux, les entreprises imposeront à leurs collaborateurs de respecter les directives gouvernementales, comme les quarantaines obligatoires avant et après un déplacement. D’autres exigences, comme le port généralisé du masque, sont également possibles, avec obligation pour les passagers d’attester par écrit avoir porté un masque tout au long du voyage. Ces protocoles répondront aux principales préoccupations des employés du monde entier, identifiées dans une étude SAP Concur : contaminer leurs proches (55 %) et attraper eux-mêmes le virus (53 %) lors d’un déplacement professionnel. Avec des voyageurs habitués aux mesures de sécurité et aux gestes barrières, devenus quotidiens, les déplacements professionnels seront de nouveau envisageables.

La durabilité deviendra un enjeu majeur. La santé et la sécurité ne sont pas les seuls facteurs susceptibles de faire revenir les voyageurs. De nouvelles recherches sur l’environnement enjoignent les entreprises de mettre à profit l’arrêt provisoire des voyages pour ajouter de nouvelles pratiques respectueuses de l’environnement à leurs programmes de déplacements professionnels. À titre d’exemple, Microsoft a fait l’acquisition d’un carburant d’aviation durable pour réduire la pollution des vols commerciaux les plus empruntés par ses collaborateurs. Ces efforts aideront les 69 % de voyageurs qui jugent la durabilité importante à se sentir plus sereins et les encourageront à reprendre l’avion.  

-Mike Koetting, directeur de la stratégie produit, SAP Concur

Les entreprises feront de plus en plus appel à l’IA

Le rythme de l’évolution digitale des entreprises et de la société va considérablement s’accélérer. Lorsque la pandémie a frappé, de nombreuses entreprises étaient au début ou à mi-parcours de leur transformation digitale. Après avoir accéléré cette transformation pour répondre aux besoins des clients et à une crise mondiale sans précédent, elles vont à présent devoir continuer à opérer dans ce nouveau contexte.

L’automatisation va devenir essentielle. Alors que les entreprises maintiennent des modèles de travail hybrides mêlant présentiel et télétravail et s’attendent à d’autres perturbations potentielles en 2021 et au-delà, l’automatisation et l’IA auront un rôle de plus en plus important à jouer dans le monde du travail. Elles permettront, par exemple, d’établir des communications efficaces au quotidien entre les travailleurs du savoir en télétravail, ou d’automatiser la facturation et la gestion des dépenses, pour rémunérer de précieux partenaires et préserver les budgets. Pour répondre aux problématiques métier engendrées par la pandémie, de plus en plus d’entreprises s’appuieront en outre sur des algorithmes d’IA pour prendre plus rapidement des décisions étayées par une transparence financière en temps réel. Ces décisions concerneront notamment la gestion des dépenses en quasi-temps réel pour optimiser la gestion budgétaire et la trésorerie, le renforcement de la conformité, l’élimination des erreurs et l’augmentation de la rentabilité.

Par ailleurs, l’utilisation accrue de l’IA et de l’apprentissage automatique pour conférer de l’intelligence aux applications et éliminer les processus manuels dynamisera la compétitivité tellement nécessaire aux entreprises en améliorant leur productivité. Ainsi, selon une étude récente menée pour le compte de SAP Concur, 38 % des salariés de la région Asie-Pacifique transmettent manuellement leurs notes de frais en remplissant un formulaire, auquel ils joignent des justificatifs papier. En automatisant leurs processus financiers et administratifs, les entreprises peuvent économiser des dizaines, voire des centaines de milliers de dollars par an, et augmenter la satisfaction du personnel.

-Andy Watson, vice-président senior et directeur général de la région Asie-Pacifique-Japon et Grande Chine, SAP Concur

Faire évoluer la diversité, l’équité et l’inclusion sera l’affaire de tous

L’année 2020 a mis à mal la culture d’entreprise. La pandémie a provoqué une dégradation de la santé mentale des salariés et augmenté les taux de chômage dans le monde entier — notamment chez les femmes, très nombreuses à avoir quitté leur emploi. Aux États-Unis, la formation sur la diversité a en outre subi des coupes sombres. Ces circonstances ont retardé les efforts DEI des entreprises, créant un sentiment de malaise chez leurs collaborateurs.

L’année 2021 engendrera une nouvelle vague de changements de règles dépassant le cadre des RH. Davantage de membres de l’entreprise seront impliqués. Les directeurs financiers auront leur rôle à jouer pour développer des arguments en faveur du recrutement et éviter les répercussions financières de la rotation du personnel, estimées à 223 milliards de dollars en 2019. Ces changements culturels à l’échelle de l’entreprise concerneront également les départements en charge des déplacements, qui n’ont jamais subi autant de pression pour veiller — à juste titre — à la santé et à la sécurité des employés en déplacement. L’étude de SAP Concur souligne des problèmes de sécurité et de harcèlement des femmes et voyageurs LGBTQ, et le risque que les voyageurs d’origine asiatique soient victimes de discrimination lorsque les déplacements reprendront. Tout laisse à penser qu’à partir de 2021, les anciennes politiques de déplacements, comme le choix des tarifs logiques les plus bas, seront réorientées vers davantage de sécurité et des mesures plus centrées sur les collaborateurs.

-Amy Padgett, directrice des communications de stratégie produit, SAP Concur

Les voyages d’agrément ne seront plus les mêmes

Des séjours amenés à s’allonger. Des politiques de quarantaine variables au succès grandissant du télétravail depuis un lieu de vacances, différentes raisons ont entraîné une raréfaction des courts séjours chez le grand public depuis la crise sanitaire. Selon le site TripIt, l’augmentation de la durée des séjours — couvrant le vol, l’hébergement et la location de véhicule — indique que les consommateurs planifient leurs voyages dans cette optique. Qui plus est, lorsque les mesures de confinement ne seront plus qu’un mauvais souvenir, les locations provisoires continueront d’avoir la préférence des voyageurs d’affaires comme des touristes pour les séjours plus longs.

Une durabilité pérenne. La pandémie a mis un coup d’arrêt aux émissions, qui devraient en 2020 être inférieures de 8 % à celles de 2019. Les voyageurs sont de plus en plus nombreux à attendre une reprise plus durable des déplacements, ce qui passera par une configuration plus efficace des places et l’utilisation de carburant d’aviation durable, à faible teneur en carbone, par exemple. En 2021, les voyageurs devraient rester plus longtemps sur leur lieu de destination, utiliser des cartes d’embarquement et des solutions cartographiques numériques, fréquenter des restaurants proposant des produits locaux et séjourner dans des hôtels plus respectueux de l’environnement, équipés de produits de toilette rechargeables et de systèmes d’économie d’eau. Il est en outre probable que les consommateurs recherchent de plus en plus des solutions permettant de calculer et de compenser facilement les émissions.

Les pass et corridors sanitaires deviendront monnaie courante. Les corridors sanitaires seront plus fréquents en 2021, surtout au printemps. La confiance des voyageurs, voyagistes et gouvernements du monde entier augmentera avec l’arrivée de la vaccination, même si l’ampleur des dépenses reste encore floue et si le rythme de vaccination sera probablement très inégal d’un pays à l’autre. Voyager d’un pays à fort taux de vaccination vers un pays moins vacciné pourrait dès lors poser problème. Les tests de dépistage rapide devraient devenir plus précis et généralisés, permettant la reprise des activités de déplacement et d’hébergement. Les pass sanitaires digitaux, attestant de la vaccination ou d’un test négatif du voyageur, de même que les corridors sanitaires, feront leur apparition lors du retour progressif à une nouvelle normalité des déplacements internationaux. 

-Fiona Ashley, vice-présidente du marketing produits et solutions, SAP Concur

Les petites entreprises saisiront l’occasion

Grâce aux aides financières mises en place aux États-Unis, les coûts d’exploitation des petites entreprises diminueront peu à peu. Nombre de PME luttent pour survivre aux effets économiques de la pandémie, et la distribution de vaccins ne sera jamais assez rapide à leurs yeux. Seule une réduction prolongée des coûts d’exploitation et des dépenses non essentielles les aidera à faire face. Cela ne sera malheureusement pas suffisant pour certaines si l’accès à la vaccination est retardé. D’autres respireront un peu, la plupart ayant en commun la possibilité de créer et de répondre à la demande soutenue par des investissements en solutions technologiques propices à l’activité et avantageuses d’un point de vue économique. Ces solutions automatiseront et digitaliseront des processus essentiels pour mener leurs activités avec des budgets restreints. Les dirigeants envisageront également de renégocier les conditions de leurs emprunts et prélèvements pour ménager leur trésorerie, notamment en début d’année. Les petites entreprises se mettront en outre en quête de fournisseurs et de partenaires capables de surmonter l’incertitude économique et de leur proposer d’autres services que leur offre habituelle, comme des cartes de crédit à faible taux d’intérêt de leur établissement bancaire habituel. Ces mesures aideront les petites entreprises à limiter la perturbation de leur flux de trésorerie pour mieux faire face à l’instabilité persistante du marché. Ceci étant dit, les États et les grandes entreprises peuvent encore intensifier l’aide apportée aux PME, dont les marchés dépendent en termes d’emplois et d’activité économique.

Le marché sera bousculé par de nouvelles entreprises et de nouveaux modèles économiques. Les retombées économiques de la COVID-19 ont provoqué la fermeture définitive de nombreuses petites entreprises. Dans le même temps, la pandémie a créé un nouveau contexte commercial ; les lacunes du marché ont ouvert de nouvelles possibilités économiques. La multiplication des applications d’entreprise indique que davantage d’entrepreneurs s’intéresseront aux microservices et aux « activités complémentaires » pour répondre à la demande émergente de produits et services. Lorsque de nouvelles entreprises feront leur apparition, leurs dirigeants tireront parti des solutions digitales et modèles économiques hybrides pour accélérer leur croissance et leur résilience sur un marché perturbé. Les petites entreprises seront plus nombreuses à se tourner vers le commerce digital, en remplaçant tout ou partie de leurs points de vente et/ou les ventes en magasin par des ventes en ligne.  Les consommateurs auront ainsi de nouvelles possibilités d’« acheter local » et de soutenir les petites structures pour combler les lacunes des chaînes logistiques stratégiques.

-Val Blatt, directrice générale de la division PME mondiale, SAP Concur

Loading next article