Comment gérer les données des voyages d'affaires ?

Le recours à l’IA, au Big Data et aux interfaces conversationnelles pour l’organisation des voyages d’affaires pose certains problèmes qu’il est nécessaire de régler, à l’heure où les utilisateurs prennent le contrôle.


Première difficulté : le règlement général sur la protection des données (RGPD), qui est entré en vigueur dans l’Union européenne le 25 mai 2018 et dont le non-respect sera sévèrement sanctionné. Les données étant le moteur des déplacements professionnels, les parties prenantes devront être extrêmement rigoureuses quant à la gestion des informations personnelles. Les entreprises s’y préparent depuis déjà plusieurs années. Toute la question est cependant de savoir à qui les données appartiennent. Aux Travel Managers ? A l’IT ? A la finance ? Ni l’un ni l’autre en fait, si l’on en croit Christopher Baker.

Voyage d'Affaires 2030

Data, blockchain, sécurité... SAP Concur imagine le déplacement pro de demain.

 

« Chaque personne doit être le propriétaire de ses propres données, s’agissant notamment des passeports, des numéros de carte bancaire, des programmes de fidélité et des préférences personnelles. Les acteurs du voyage d’affaires font et feront toujours face à un défi colossal : ils ont besoin des données des individus et de la permission de ses derniers pour se les échanger entre eux. À mes yeux, une technologie comme la blockchain doit permettre à chaque personne d’en être le propriétaire. » Le deuxième obstacle est également surmontable, à condition que les utilisateurs prennent conscience que le partage de leurs données permet de bénéficier d’une expérience plus personnalisée.

« La consumérisation doit être renforcée pour que les personnes s’habituent à l’IA. La plupart des gens utilisent Alexa ou un autre système domotique. Ils prennent le contrôle de leur maison par la voix pour augmenter la température dans le salon ou écouter de la musique », explique Christopher Baker. « Misant de plus en plus sur l’IA chez eux, ils vont commencer à être plus réceptifs à cette technologie sur leur lieu de travail. »

 

Cet article est extrait de notre dossier spécial Voyage d'Affaires 2030 à télécharger gratuitement.

 

Loading next article